Dé-confinement... Nous voilà ! 

En souvenir de cet épisode inédit, merci aux musiciens de notre confédération partout en France (et au delà) de jouer pour nous. A la manière du lien qui nous unit malgré la distance, ils jouent chacun une mesure d'un même rythme de cette valse.

H pompidou 2

L'hommage aux personnels soignants se poursuit, entre applaudissements et cloches des églises qui sonnent chaque soir. La Ligue Auvergnate et du Massif Central apporte aussi un peu de réconfort...

Dans un élan de solidarité et de générosité pour remercier, à sa façon et à son niveau, les personnels soignants, la Ligue Auvergnate et du Massif Central s'est mobilisée pour leur offrir la spécialité culinaire traditionnelle de l'Aubrac : l'Aligot.

sonnet sUn sonnet...

Je regarde le ciel qui jette à ma fenêtre
Un rayon familier du tout nouveau soleil ;
Je vois au loin, là bas où les moutons vont paître,
Comme un parfum monter de l’horizon lointain.

MokaNotion du temps1

Le temps est ce qui passe. Le temps est ce qui passe quand rien ne se passe. Jean Giono

C’était le premier samedi d’avril après le virus. Un de ces matins à l’entrée du printemps, où le soleil émergeait dans une aube limpide et donnait à entrevoir les longues journées estivales àparesser sur le balcon.

Nous traversions le fameux confinement qui pétrifiait chacun face à soi-même. Troisième semaine sans sortir. Certains n’y tenaient plus. Pour moi, ce n’était que train-train habituel. 

Ce samedi-là donc, j’étais prêt à me couler dans ma petite place douillette près des bambous, avec l’espoir de chauffer ma vieille couenne sous des rayons que j’espérais ardents.

chateau fort mauzunJournal d'un Ermite en 2020

Qui aurait pu penser il y a encore peu de temps qu'un cataclysme portant le joli nom de virus couronné mettrait ainsi à genou la terre entière. De joli, il n'a en effet que le nom, cet ennemi invisible et sournois. Est-ce un signe du destin pour que, un siècle après, une pandémie succède ainsi à une autre ? Mon seul désir, à ce jour, est que celui-là fasse moins de victimes que son prédécesseur !

buron en montagne079

L'appel de la montagne...

C’est une certitude : bientôt, je gravirai à nouveau nos Monts d’Auvergne, entre pierres grises, gentianes squelettiques et terres brunes ! Le vent effacera probablement l’empreinte lourde laissée dans la poussière des sentiers par les semelles de mes chaussures. Fidèle à ses habitudes, la montagne gardera ses mystères.

Pourtant, une fois encore, j’irai et je m’interrogerai. Comment évoquer ces hauteurs d’ici qui sont, ni vraiment des mamelons, ni vraiment des aiguilles ? Comment décrire leurs lignes, entre verticalité et inclinaison, entre douce rondeur et fausse concavité ? Comment chanter la lumière changeante qui les caresse et descend peu à peu suivant la course du soleil vers les vallées profondes ? Comment parler des villages, ces lambeaux de vie accrochés au plus profond des basaltes, dans lesquels les hommes et les femmes s’engagent pour leur devenir ?

S'inscrire à la lettre d'information

* Indications requises

Souvenirs

Aller au haut