- Un siècle de brasserie -

Les produits authentiques issus de nos spécialités gastronomiques, les recettes traditionnelles, sont autant de bonnes raisons de nous réunir.

Favorisant les partenariats entre nos régions et Paris, la Ligue Auvergnate et du Massif- Central assure la promotion de nos traditions culinaires dans chacune de ses manifestations.

vintageLe terme « bougnat » finit alors par désigner aussi bien les Auvergnats à Paris que leurs cafés dédiés à la vente de charbon. Dans ces brasseries bien spécifiques, la femme est en charge du service des boissons tandis que son mari livre le charbon chez les clients. Souvent, les bougnats complétaient leur activité par la restauration et l’hôtellerie.

Ainsi c’est 2500 cafés Vins et Charbon qui ouvrent leur portes dans la capitale avant la Seconde Guerre Mondiale. Seule la moitié d’entre eux survit aux bombardements et leur disparition s’accélère dans les années suivantes.

Après 1945, les Auvergnats ne quittent pas pour autant Paris. Ils se reconvertissent dans la gestion de tabacs, de cafés classiques et d’hôtels et restaurants.

La communauté des Bougnats est encore bien présente à Paris : en 2016, on recense 500 000 descendants en Île-de-France. Ils gèrent 40 % des cafés-brasseries et 15 % des bars-tabacs de la région. Ces chiffres sont largement inférieurs à ceux des années 1980, mais les Auvergnats possèdent toujours des brasseries prestigieuses.

Aller au haut