Journal d’une confinée...

MurielLundi 16 mars : Je traîne dans mon appartement, en me demandant comment la situation va évoluer… Quand mon cousin Paul, le vigneron, m’appelle. « Je suis en Haute-Loire avec ma sœur, tu fais quoi toi ? » Comment ça je fais quoi ? Je ne comprends pas tout de suite. Il m’explique que la situation risque de se détériorer et que, peut-être, d’ici quelques jours ou même ce soir nous allons devoir nous confiner encore plus. La grande question s’installe alors dans ma tête, est-ce que je rentre en Auvergne ? Dans mon cerveau se jouait une comédie dramatique ou le rôle principal n’arrivait pas à se décider, dans l’urgence, de ce qui était mieux pour elle !

 

Je fais les 100 pas, j’appelle ma mère : « C’est à toi de voir, si tu dois rester enfermer où te sens-tu le mieux ? » J’appelle mon père : « Tu te sentirais mieux à Clermont ou à Paris ? » Ils ne se sont pas mariés pour rien ces deux-là ! La question continue son sprint quand je reçois le coup de sifflet final : un message d’un ami pizzaiolo. Il vit dans un 66m2 à Paris avec sa femme, ses deux enfants et ses 2 chiens ! L’enfer ! Ok, c’est sûr je rentre au pays !

Avec tout ça, mon pouls s’est accéléré, je cherche mes valises, mes gros sacs Auchan, et je les remplis de sucre, farine, épices et tout ingrédient qui pourrait me servir… à travailler si besoin ! Autant en profiter pour faire des tests… Quelques sous-vêtements, mais peu de vêtements à quoi bon ! Je m’en fiche d’être belle pour mon miroir, non ? Un moule à madeleine, des cercles à tarte, des poches à douilles, des spatules, mes couteaux, des livres, ah… mon épilateur électrique (je pense déjà à la fin de cette histoire (rires)), et surtout mon ordinateur !

Je mets de l’anti-fourmi, pas de sous location pendant cette période ! Je laisse les doubles de mes clefs à ma super copine Florence et me voilà partie dans ma grande C4 remplie de sacs qui ferait pâlir un diabétique ! A 20h allocution du Président, c’est la première fois que je bois les paroles de France Info. Quelle galère, j’ai bien fait de partir, cette fois c’est une évidence.

Il est 23h30 quand j’arrive, heureusement je n’ai pas oublié mes clefs cette fois-ci !

La maison est bien vide, mais tant mieux, ce n’est pas le moment pour des retrouvailles en famille, je pars me coucher…

TRANSAT CONFINEMardi 17 mars : Je me lève, tard… Mais qu’est-ce que je vais faire de tout ce temps ! Ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas posé cette question ! Mais on y reviendra plus tard, il faut prendre des nouvelles de chacun dans un premier temps et faire comprendre à ma grand-mère que je ne viendrais surement pas les voir ! Et, si je l’avais chopé, à Paris, ce fameux Covid-19 ! Je ne prendrais pas le risque, mes grands-parents, je les aime tellement ! C’est un crève-cœur pour moi comme pour eux, mais je me tiens à distances…

Cette fois, je réponds à ma question du jour, que faire ? Il fait tellement beau et j’ai la chance d’avoir un jardin ! Je sors le vieux transat multicolore de la cave, bien poussiéreux, lui aussi il est heureux de me voir. 10 ans d’abstinence surement… Je lui fais une grosse toilette et le voilà comme neuf, mon nouveau meilleur ami ! Ah oui, j’avais pensé au maillot tout de même. Au milieu des fleurs et des insectes me voilà en vacances, je ferme les yeux et imagine une piscine et des amis qui bronzent en silence, comme moi ! Parfait !

Mercredi 18 : Et voilà que ma routine de confinée s’installe, une belle routine finalement : Levée 8h, un bon petit dèj’ avec télématin, la télé… ça faisait longtemps ! Ensuite, je prends des nouvelles, je regarde mes réseaux sociaux et réponds à mes abonnés. 12h, je déjeune, il y a de quoi faire dans le congèl’ et les placards. 14 h : Soleil, puis montage de mes prochaines vidéos, et test de nouvelles pâtisseries ! Super je vais pouvoir alimenter ma chaîne YouTube « Les secrets de Muriel » sans pression et les partager aux milliers de personnes confinées comme moi ! J’ai presque l’impression de servir à quelque chose !

A 17h je déroule le rétroprojecteur pour faire du sport, oui ces deux derniers jours je n’ai pas arrêté de grignoter… Déjà deux kilos en plus !! Il faut faire quelque chose. Je trouve un cours de zumba sur YouTube, et c’est parti !! Oups, je fermerais les volets la prochaine fois, la famille qui est dans la rue ne loupe pas une miette de mon déhanché ! Mais, que ça fait du bien de bouger en rythme.

19h : apéro virtuel avec Florence, on se pose des questions existentielles sur le confinement et on refait le monde comme avant…

Petit dîner, ce sera face au film du soir ou plutôt pour commencer doucement, un film policier, je l’avoue j’aime bien ça…

Je pars me coucher dans le lit de mes parents, rassurant, bizarre, étrange même, mais j’ai fait une crise d’eczéma la nuit dernière dans ma chambre, changeons de pièce… Je finis un livre : « Un goût de cannelle et d’espoir », très beau roman !

Jeudi 19 mars : J’aurais dû commencer à préparer mes pâtisseries pour la boutique éphémère de ce week-end à Paris… Petite nostalgie… J’espère qu’elle sera reportée, je me faisais une joie d’accueillir mes fidèles clients ! Mais, mon téléphone sonne, « ça te dit de faire un live pâtisserie pour les employés de Microsoft ? ». Puis un deuxième coup de fil : « j’ai besoin de toi pour faire des recettes pour une grosse marque, tu prends en photo les pas à pas et je m’occupe du reste ! ». Quelle aubaine, quand on sait que tout s’est annulé au fur et à mesure des jours… Plus de travail, reposant oui, mais j’ai tout de même toujours un loyer à payer !

1000 FEUILLESVendredi 20 mars : J’apprends que mon frère doit être rapatrié d’Ecosse ce week-end, il va essayer de me rejoindre à Clermont. Bizarrement, un sentiment d’angoisse se mêle à la joie de le retrouver. Il était plus en sécurité sur les iles Lewis qu’en France, et s’il rapportait le virus sur son trajet, les aéroports sont en train de fermer, va-t-il arriver jusqu’à moi ? Je m’étais habituée à être seule, la solitude est un de mes besoins malgré ma socialisation débordante ! Mais, un peu de compagnie ne me fera pas de mal, et puis ça fait longtemps qu’on ne s’est pas retrouvé tous les deux ensemble. Je me replonge dans nos albums photos…

Avant tout ça, j’avais commencé un coaching d’actrice avec une amie de ma cousine, qui a reçu un Molière en 2014 ! La classe. Exit les rendez-vous chez elle, on fera ça en visio puisqu’on a du temps ! C’est étrange, mais ça fonctionne plutôt bien, je joue la comédie devant mon téléphone et Jeanne me reprends. Elle est dure, mais je n’en attends pas moins, ce n’est pas un exercice facile et si je veux progresser pas de traitement de faveur !

Ce que j’entends aux infos me fait peur, je prends vraiment conscience du drame qui se joue dans le monde entier…

BRIOCHESamedi 21 mars : Quelque chose me dit que j’ai bien fait de me lancer sur Youtube il y a deux ans et demi ! Les gens n’arrêtent pas de cuisiner et de regarder des tutos ! Tant mieux pour moi, une bonne résolution est prise : voir le verre à moitié plein pour s’en sortir du mieux qu’on peut !

Bonne nouvelle, mon frère a eu son avion. Il arrive à Lyon ce soir et me rejoint demain. Dernière soirée seule, il va falloir que je range, c’est l’apocalypse dans la maison.

Finalement ma grand-mère a compris qu’elle ne m’inviterait pas à déjeuner avant plusieurs semaines. Elle a même cédé du terrain et me laisse lui ramener le journal et les courses. Tant mieux, je sais que cette situation la rend anxieuse… Je n’ai pas pu prendre mon frère dans mes bras, mais je peux discuter et partager les repas avec lui, je continue ma routine, certaines choses se mettent en place pour aider les uns et les autres. Je travaille… Mais je prends du temps pour moi, je vais à mon rythme, je respire, je me questionne, je prends le temps. A 20h les confinés sortent le bout de leur corps et presque à l’unisson font claquer leurs mains. C’est beau ! D’un coup, on ne se sent plus seul. C’est assez magique. J’ai vu aux infos que certains médecins et soignants de pays étrangers se proposent pour prêter mains fortes aux pays les plus touchés, je suis émue aux larmes… Une partie de ma famille est médecin. Je suis fière d’eux et parfois inquiète, mais ils sont solides, je le sais ! On est jeudi 26 mars, je mets une nouvelle vidéo en ligne…

Muriel AUBLET-CUVELIER

Souvenirs

Aller au haut