Couyounnado

Lou Belut ès onat tchas lou vétérinaïré et li mondo :
- Deman vous forai veni lou tcho omé mo mio belleo-maïré et calro li bailla ticouon per mé déborossa sans qué patisso trop ?...
Et nostré vétérinaïré, de qualqué biais falourt, dé li respoundré :
- Disés-mé, cal sab sé lo tcho trouvoro soulét lou camin de vostré oustal ?...


 


Lo fenno dé l'Esclopier

Josépou l'Esclopier, en dintrènt ol sioun oustal, té vei soun bisi, Milou, lou fébré, qué fosio un poutounet o so fenno Françoun...
- Dio foutut gus, sé fosquét Josépou, té baou apprendré o poutounigia lo mio fenno ?...
Mais lo Françoun dé crida o soun hommé :
- Paouré couliaoudas déqué vouolès apperndré ol Milou où sab mai qué tu !...


 

O l'Escolo

Lou Milou es toutjiours lou darnié dé lo classo, lou paouré éfont apprend pas rés. Souquelai un jtour, lou Maistré li démondo :
Dio Milou, aro qu'as apprès lo léçoun d'histoiro, dios-mé cal o perdut lo bataillo dé Waterloo ?...
Nostré asé, sousco, baisso lou cap... mais respound pas rés. Alaro, lou Maistré sé met o crida :
- Napoléon !!!...
Aquel moument, Milou s'en vouol tourna o so plaço, mais lou Maistré tourno dé crida :
- Mais Milou, cal san en vas ?...
- O lo mio plaço, Moussu, pensabo qué sounnabés quelqu'un mai...


 

L'idéio dé Coboustrou

Coboustrou trouvo un portofeuillo et dédins y ovio un billet dé millo francs omé l'adresso d'aquel qué l'ovio perdut, et nostré hommé qu'éro hounnesté dé li pourta : - Vous remercie braboment, sé fosquet aquel qué l'ovio perdut, mais souquélai y ovio un billet dé millo... et mé tournai detch billets de cent francs ?... Es vertat, tournet respoundré Coboustrou, aco soun you qu'ai fatch lou combio, parcéqué un altré cop quond tournéré un altré portofeuillo olu qué l'ovio perdut ovio pas dé mounédo....


 

Lo servento

Ol cantou, lou couarou lisis lou jiournal et dis o so fenno :
- Dio, Mélanie, véné dé lisi qué dins un poys, un "cycloné" o balagiat uno villo din un quart d'houro !
Et lo couarou dé respondré :
- Té cal fa lisi toun jiournal o to Marie, nostro servento !...
- O lo servento? et perdéqué Mélanie ?...
- Parcéqué, lo Marie, li cal un porel d'houros per balagiat nostré oustal...

La Ligue Auvergnate et du Massif-Central est une confédération internationale des associations originaires du Massif-Central créée en 1886. Elle a été fondée par Louis Bonnet pour défendre et unir les Auvergnats de Paris. Contact mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Internet de la Ligue Auvergnate et du Massif Central
Copyright © 2009-2021
Mentions légales