Le salon de l’agriculture vient de fermer ses portes. La plus grande ferme de France tire le rideau sur l’un des premiers événements fondateurs pour le futur Parc Naturel Régional de l'Aubrac. 

En effet, l’Aubrac était la race à l’honneur avec sa vache égérie, "Haute" au SIA 2018. C'était donc une extraordinaire opportunité de promouvoir la race, et son territoire et le futur Parc Naturel Régional de l'Aubrac, engagé en 2010, lequel se concrétisera par sa labellisation dans les semaines qui viennent ; le décret ministériel officialisant ce label sera signé à la mi-avril.

Le PNR est un outil de développement territorial orienté vers la valorisation des richesses naturelles, culturelles et paysagères. Il garantit un juste équilibre entre le développement économique et social d’une part, et la valorisation et la préservation des patrimoines, d’autre part. D’ailleurs, il a, d’ores et déjà, pleinement joué son rôle de coordonnateur des forces vives, une de ses vocations premières, en renforçant les initiatives développées, depuis plusieurs années, pendant ces dix jours intenses.

Fierté, joie, satisfaction, bonne humeur, tels étaient les sentiments qui dominaient dans la salle comble du théâtre de la Clarté, à Boulogne, samedi 13 janvier 2018, à 20h, où les Auvergnats de Paris, à l’heureuse initiative de la Fédération des Amicales du Cantal et de son président Bernard Lhéritier, assistaient à un spectacle enthousiasmant de folklore auvergnat sur scène.

Entouré par les gracieuses pastourelles 2018, savamment costumées ; Maude Teissedre, pastourelle du Cantal et Marie Cotrel, pastourelle du Puy de Dôme et de la Ligue Auvegnate qui, toutes deux, dirent quelques mots de bienvenue, Bernard Lhéritier, pdt de la Fédération des amicales du Cantal, accueillit sur scène tous ses amis, avec reconnaissance, leur présence étant un encouragement pour le folklore. Il adressa ses souhaits pour l’an nouveau. « Aimons-nous vivants ! dit-il. Il exprima ses vifs remerciements pour leur présence : au Père Chabaud, aumônier honoraire de la Paroisse cantalienne ; à Jean Mathieu, pdt de la Ligue Auvergnate ; à Raymond Trebuchon, pdt d’honneur de la Ligue Auvergnate ; à Jean-Pierre Bonicel, pdt de l’Association des Lozériens de Paris ; à Robert Four, pdt fondateur de  la manufacture de tapisseries d’Aubusson ; à Yannick Rousseau, pdt de « Cabrettes et Caberttaires » et à Annie Bayol, pdte des Anciens de « La Bourrée de Paris ».

C’est lors de la réunion du jury du Prix Arverne, sous la présidence de Raymond Trebuchon, jeudi 8 mars 2018, au Rivoli Park, chez Bernard Lhéritier, que fut attribué au 3ème tour, à l’unanimité, le Prix Arverne 2018, à Serge Camaille pour son roman : « L’enfant du Carladès », paru aux éditions De Borée.

L’auteur né à Paris, vit à Clemont-Ferrand et il est tombé sous le charme de l’Auvergne. Il a déjà rédigé 11 ouvrages.

Son douzième livre, un roman, qui fait preuve d’originalité avec son procédé littéraire et son histoire à rebondissements, tient en haleine le lecteur. C’est toute une vie qui défile, des années 30 à notre époque, avec douleur et passion, dans le but de transmettre les valeurs de sagesse à la nouvelle génération.

Parmi les 7 départements de la Ligue Auvergnate, celui du Puy de Dôme fut doublement mis en lumière lors de cette Nuit Arverne 2017, d’une part, par le choix de sa présidente d’honneur : directrice du holding, « la Montagne-Centre France » et d’autre part, par l’élection de sa nouvelle et gracieuse pastourelle de la Ligue, originaire du Puy de Dôme. C’est donc sous le signe du Puy de Dôme mais aussi et avant tout, du partage et de l’amitié, que samedi 16 décembre 2017, à 20h, dans les salons Hoche, pour la 3ème année consécutive, se réunirent les Auvergnats de Paris pour leur grande soirée annuelle, organisée, comme à l’accoutumée, en deux ambiances enjouées : un dîner- spectacle dansant, animé par « Cabrettes et Cabrettaires » et l’orchestre Fabien Veyriras et un cocktail avec le DJ Alkior.

Aller au haut