Prix Arverne 2017Une grande soirée, doublement mémorable... Rendez-vous culturel annuel de la Ligue Auvergnate et du Massif Central, désormais incontournable, le Prix Arverne, créé à l’initiative de son pdt d’honneur, Raymond TREBUCHON, fut pour sa 11ème édition, doublement mémorable et brillant, vendredi 24 mars 2017, à partir de 19h, dans les salons parisiens de la Bred-Banque populaire, tant par l’affluence des compatriotes, plus de 120, que par la qualité remarquable des lauréats, le jury ayant sélectionné deux ouvrages, en cette année exceptionnelle.

Tandis qu’au 14ème étage de la banque Bred, dans d’élégants salons fleuris, décorés d’affiches du Prix Arverne, les participants admiraient les lumières sur la Seine et se pressaient pour faire dédicacer les livres des récipiendaires, le pdt du jury du Prix Arverne, Raymond TREBUCHON, entouré de deux affables pastourelles élégamment costumées ; Clara BORREL, pastourelle de la Ligue Auvergnate et de la Lozère et Lysiane BONHOURE, pastourelle du Cantal, prit la parole. Il remercia ses nombreux amis et tint à citer nommément les 11 membres du jury du Prix Arverne, les personnalités honorant la soirée de leur présence dont le pdt de la Ligue Auvergnate, Jean MATHIEU, le directeur Marketing de la banque Bred-Banque Populaire, Jean SERRIERE, complimenté pour son excellent accueil et son mécénat généreux, les représentants de la presse dont la pdte de « La Montagne-Centre France», Edith CAILLARD et ceux des éditions Calmann-Lévy et du Cherche Midi.

Prix Arverne 2017Pour justifier la remise officielle inhabituelle de deux Prix Arverne, Raymond TREBUCHON expliqua que si le roman de Sylvie BARON : « l’héritière des Fajoux », aux éditions Calmann-Lévy, correspond parfaitement à « l’esprit du Prix Arverne », celui de Lucien DOUROUX : « un voyage inattendu », aux éditions du Cherche Midi mérite assurément, de l’avis de tous les membres du jury, un Grand Prix d’Honneur car il relate l’extraordinaire parcours de vie et de carrière d’un fils de paysan du Puy de Dôme, devenu grâce à son intelligence hors normes et son sens inné du management, le directeur général de la Caisse Nationale du Crédit Agricole. C’est avec affection et brio que Raymond TREBUCHON fit donc part de l’autobiographie de Lucien DOUROUX, ayant suivi durant toute sa carrière la devise de la Jeunesse Agricole Chrétienne : « voir, juger, agir ». Egalement officier de la Légion d’honneur, ancien maire-adjoint de son village, Lucien DOUROUX est un exemple admirable pour tous.

Hospitalisé, c’est son épouse Odile DOUROUX qui lut avec émotion son discours adressé « à ses amis auvergnats et exprimant tous ses regrets de ne pouvoir être présent ». Le but de ses mémoires, dit-il, a été de retranscrire la vie auvergnate dans les années 50 et de montrer la mutation impressionnante du Crédit Agricole entre 1950 et 2000. Remerciant la Ligue Auvergnate pour ce Grand Prix d’Honneur du Jury du Prix Arverne, il fit don avec générosité, du chèque de 1500€ accompagnant le Prix.

Sylvie BARON, cantalienne de Neuvéglise, terre « d’écrivains du Prix Arverne »..., agrégée d’économie politique, a rédigé avec : « l’héritière des Fajoux » son 8ème roman, dont plusieurs ont déjà été nominés par le jury du Prix Arverne. La particularité de ses romans du terroir originaux et talentueux, c’est leur touche de « polar » avec des intrigues savamment construites mais aussi la volonté de faire revivre les valeurs et les traditions et d’être toujours en phase avec l’air du temps. Après le résumé de son roman par Raymond TREBUCHON qui sut s’arrêter à temps pour susciter l’envie de le lire, Sylvie BARON, élue à l’unanimité par tous les membres du jury, Prix Arverne 2017, répondit par un discours éloquent et littéraire. Très émue et fière de recevoir le prestigieux Prix Arverne, la lauréate déclara que « c’est l’amour du pays qui fait vibrer nos mots ... et qu’écrire a un pouvoir magique de donner du rêve »...Ayant une pensée pour les siens et pour son éditrice Jeannine BALLAND, présente, Sylvie BARON exposa son goût de l’étude sociologique qui transparaît dans ses projets littéraires en rapport avec la biodiversité, les massifs forestiers, la ruralité, le rôle des élus de terrain. Son souhait est de démontrer la force du territoire, de « cette région sauvagement tendance, de ces hautes terres du Cantal, qui se diluent dans le ciel, pétries d’odeurs, d’authenticité, où souffle l’esprit » ...Définissant son roman promu comme « un polar d’amour, rural, féministe, militant, sur le thème de l’avenir des massifs forestiers », dévoilant une anecdote cocasse liée à sa notoriété et prouvant l’amour immense de son pays par toutes ses actions autour du livre, dans le Cantal, elle conclut en parodiant Alexandre VIALATTE : « j’aimais tant ce pays qu’à la fin j’y suis née ». En lui remettant le chèque du Prix Arverne, Jean MATHIEU, pdt de la Ligue, félicita vivement la lauréate du Prix Arverne mais également Lucien DOUROUX pour son grand Prix d’Honneur du Jury et témoigna de toute sa satisfaction devant ce grand temps fort culturel de la Ligue Auvergnate. Un cocktail très soigné mit fin dans la jovialité à cette rayonnante 11ème édition du Prix Arverne.

Autres personnalités présentes le 24 mars 2017 : Josette RISPAL, sculpteur de renommée internationale. Jacques PERGET, général. Jacques VERDIER, ingénieur. Patrice CORRE, ancien proviseur du lycée Henri IV. René-François BERNARD, maire-adjoint du VIIème arrondissement. Anne BERNARD-GELY, polytechnicienne, ingénieur général des Ponts et Chaussées. Bernard ROBERT, ancien caissier de la Banque de France. Albert RIGAUDIERE, académicien. Jean-Pierre de LONGEVIALLE, conseiller d’Etat. Maurice MEUNIER, général. Jean-Michel DEHAIS, représentant l’Auvergnat de Paris. Jean-Pierre BONICEL, patron d’Objectif Fibre, pdt de l’ALP. Robert FOUR, pdt fondateur de la manufacture de tapisseries d’Aubusson. Le Père BOISSIER, aumônier de la Paroisse Lozérienne de Paris.

Documents

Retrouvez ici tout les documents concernant la Ligue Auvergnate et du Massif-Central (LAMC).

Allez-y...

Aller au haut